La centralité d’Eretz Israël et de Jérusalem dans la conscience historique juive est une réalité. Cette centralité explique la réaction de beaucoup de Juifs et d’Israéliens face à des projets de règlement politique impliquant un partage de souveraineté. Mais refuser le principe du partage, c’est mettre en danger les valeurs qui sont au soubassement du judaïsme et de l’État d’Israël. La violence quotidienne de l’occupation nourrit les ressentiments dans les populations occupées, les pratiques de l’occupation minent la société israélienne de l’intérieur, et l’image d’un Israël figé dans son rôle d’occupant porte gravement atteinte à son statut au sein de la famille des nations ainsi qu’au sein du judaïsme mondial. 

Posted in: B. JCall, les Juifs et Israël