Communiqués

Proche-Orient : revenir au dialogue politique

single image

Une fois de plus, un nouvel épisode du conflit au Proche-Orient s’achèvera par un cessez-le-feu que nous espérons le plus proche possible. C’est l’heure d’interpeller les acteurs impliqués dans ce conflit, pour leur dire qu’il faut revenir au dialogue politique. Tout le monde sait qu’il n’y a pas de solution militaire. Seule une réelle reprise des négociations entre le gouvernement israélien et l’Autorité palestinienne permettra d’éviter l’enlisement et la perspective de nouveaux affrontements dans les prochains mois.

Dans un appel lancé il y a quelques semaines aux dirigeants européens, JCall soulignait qu’en l’absence d’une intervention politique internationale le risque était grand d’une détérioration de la situation. Cela s’est malheureusement produit. Notre nouvel appel est donc encore plus pressant: il n’est pas trop tard pour proposer un accord-cadre aux deux parties, et sauver les chances de la paix dans la région.

Nous assistons par ailleurs ces jours-ci, dans plusieurs villes européennes, à des manifestations qui, sous couvert de soutien à la Palestine, se sont transformées en de violentes manifestations antisémites. Il importe donc de rappeler que le conflit israélo-palestinien ne doit pas être importé dans nos pays, et que tous les responsables associatifs ont la responsabilité de se démarquer des extrémistes qui dénaturent la cause qu’ils prétendent défendre.

5 Commentaires
  1. Karl Grünberg 5 années ago
    Reply

    Je compte, il me semble, parmi les premiers adhérents de JCall. Et je ne peux que souscrire à l’espoir qu’une solution négociée apporte la paix aux Israéliens et aux Palestiniens.
    En revanche, je ne peux adhérer à un point de vue qui semble suggérer qu’une telle solution ne serait que diplomatique, qu’elle aurait des chances de progresser en l’absence de puissantes mobilisations populaires opposées à l’agression israélienne contre Gaza.
    Condamner l’agression israélienne n’est pas importer le conflit israélo-palestinien. C’est au contraire témoigner au delà des frontières l’exigence humaniste et universaliste de respect des droits humains de chacun, palestinien et, ou israélien.
    Sensible à l’horreur que suscite la Shoah au-delà de la génération qui l’a subie je peux comprendre une sensibilité juive qui voit de l’antisémitisme dans toute critique d’Israël.
    La concurrence des mémoires est obscène. Le respect de l’humanité suppose que toutes les douleurs soient reconnues. Comment dès lors ne pas comprendre la douleur qui frappe les générations d’enfants qui n’ont pas directement subi les violences coloniales et ressentent la misère palestinienne comme la soeur de celle qu’ont connue leurs parents ? Les organisations juives, ou républicaines qui s’identifient à Iraël et leur expriment du mépris ne comprennent-elles pas qu’elles contribuent elles-mêmes à l’antisémitisme?

    • Morvan Olivier 5 années ago
      Reply

      Monsieur Grunberg,

      Je souscris à vos propos sur le fond aussi bien que sur la forme.

      Il est vain d’attendre une solution internationale, qu’elle vienne d’Europe et/ou des Etats-Unis. Pour être en mesure d’imposer un processus de négociation, il faudrait que les gouvernements investis d’une forme de leadership diplomatique soient neutres en regard des enjeux du conflit israélo-palestinien. Les Etats-Unis, la France, l’Allemagne, l’Angleterre ne le sont pas pour des raisons historiques différentes.
      Il faudrait également que les belligérants les considèrent comme des interlocuteurs dignes de confiance. Ce qui ne semble plus être le cas.
      Pour parvenir à une solution négociée, il faudrait encore une pression internationale forte cohérente, unanime avec des mesures coercitives vis-à-vis des belligérants. Et ce n’est pas le cas.

      Il est vain d’attendre une solution diplomatique dans un conflit qui s’est cristallisé (échec des Accords d’Oslo).

      La solution ne peut venir que des belligérants qui ont plus à perdre qu’à gagner d’une perpétuation du conflit à long terme.
      Il me semble que le débat publique est vif en Israël sur la question de la poursuite de cette opération militaire, que les jeunes générations dans leur majorité souhaitent que la guerre cesse et sont conscientes qu’il faudra négocier avec l’ensemble des parties sans en disqualifier aucune.
      Il y a encore des personnalités palestiniennes qui sont prêtes à négocier, à certaines conditions. Et demain, qu’en sera t-il lorsqu’elles auront perdu toute forme de légitimité aux yeux de la population palestiniennes ?

  2. Gendrin 5 années ago
    Reply

    Karl Grùnberg à parfaitement traduit ma pensée! Je suis convaincue que l’attachement inconditionnel d’ une grande partie de la communauté juive et de ses représentants, contribue grandement aux manifestations antisémites enFrance.

    • Rose Marie Elkabbach 5 années ago
      Reply

      Suis d accord avec vous. Suis très inquiète d autant que le président du CRIf organise une manifestation de soutien à Israël demain. Que les responsables du CRIf soutiennent systématiquement la politique du gouvernement de l état hébreu , c’est un fait , mais ils ne peuvent parler au nom de toutes les organisations juives de France et encore moins au nom de tous les juifs! Organiser une manif pour la paix serait une initiative constructive mais appeler à une manif pro-israélienne risque de verser de l’essence sur le feu et d’attiser l’antisemitisme.

  3. Jean Gabriel Kahane 5 années ago
    Reply

    Toutes les douleurs doivent certes être reconnues et la dangerosité pour la paix de la politique menée par l’équipe au pouvoir en Israël dénoncée, mais ne voyez vous pas que je ne peux m’associer ni de près ni de loin aux cortèges qu défilent à Paris en ce moment et qui ne proposent qu’une interprétation binaire du conflit ? Ne voyez vous pas qu’en jouant sur la notion imprécise de droit international (à la manière ambigüe de , par exemple, un Omar Barghouti et à sa suite la mouvance BDS) les protestataires sapent les fondements d’un état et juif et démocratique ?
    Tenons nous à l’écart de ceux qui jouent sur la compassion pour faire avancer leur agenda politique.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

En voir plus...

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Nous utilisons Google Analytics pour réaliser des analyses statistiques sur l'audience.
  • _ga
  • _gid
  • _gat

Refuser tous les services
Accepter tous les services