Articles

Trump et les Juifs européens par Nicolas Zomersztajn

single image

En dépit de sa vulgarité, ses mensonges et ses soutiens antisémites et racistes, Donald Trump a réussi à rallier des partisans auprès d’une minorité de Juifs européens. S’ils applaudissent l’ensemble de sa politique, ils ont surtout été séduits par la relation très étroite qu’il a nouée avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou. Bien que ces défenseurs juifs européens de Donald Trump et sa politique soient parfois bruyants et remuants sur les réseaux sociaux, ils ne sont ni nombreux ni représentatifs de l’humeur juive européenne.

A l’occasion de l’élection présidentielle de novembre 2020, les Juifs des Etats-Unis ont exprimé clairement qu’ils n’ont pas soutenu Donald Trump. Plus ou moins 70% d’entre eux ont voté pour le candidat démocrate Joe Biden. Et lorsque les partisans les plus radicaux de Donald Trump ont pris d’assaut le Capitole de Washington, les grandes organisations juives ont immédiatement et fermement condamné ces agissements qu’elles jugent contraires aux valeurs démocratiques américaines. Les communiqués et les déclarations des responsables communautaires juifs n’ont pas hésité à lier cet assaut aux innombrables déclarations et tweets de dénigrement et de délégitimation des institutions politiques, de la justice et des médias faites par Donald Trump durant son mandat.

Alors que les Juifs américains sont donc plutôt satisfaits de voir s’achever cette présidence houleuse, il existe en Europe une minorité de Juifs déplorant la défaite de Donald Trump dont ils apprécient les qualités politiques. Ce phénomène curieux est interpellant au regard de l’attitude de la majorité des Juifs américains mais aussi des Juifs européens qui demeurent attachés à des valeurs très éloignées de celles défendues par Donald Trump et ses partisans. Cet engouement pour le président sortant peut sûrement trouver sa source dans des considérations politiques sans aucun lien avec leur judéité. « Ce que j’apprécie chez Donald Trump relève du rapport qu’il entretient avec le monde dès l’instant où il arrive au pouvoir. Ce qu’il a fait est extrêmement important pour la place des Etats-Unis dans le concert des nations », considère Isaac Franco, chroniqueur à Radio Judaïca. Son émission Cherchez l’erreur doit être la seule du paysage audiovisuel européen à avoir défendu fermement durant ces quatre ans la politique de Donald Trump. Même s’il prend soin de préciser d’emblée que l’homme en tant que tel ne lui plaît pas, il s’empresse de souligner ses qualités. « Son attitude, sa gestuelle et son langage relativement restreint ne me séduisent pas du tout. Mais il faut reconnaître que Donald Trump a freiné le processus de déclin des Etats-Unis entamé par les administrations démocrates précédentes. Face au danger que représente la Chine, il était précisément l’homme qu’il fallait. Avec sa brutalité, sa vulgarité, son imprévisibilité et tous ses défauts, il a fait face à la Chine. Un leader américain était enfin pris au sérieux par les Chinois. Ils ne savaient pas comme s’y prendre avec Trump qui s’est posé en obstacle à leurs visées hégémoniques. Trump est le seul à avoir freiné les essors de la Chine. En cette qualité, Trump était crédible ».

L’anti-Obama

Cette vision du monde et cette manière si particulière d’imposer le rapport de force dans les relations internationales séduisent évidemment les Européens les plus conservateurs, quelle que soit leur identité religieuse. Toutefois, des raisons spécifiquement juives sont évidemment mises en avant par les partisans juifs de Trump en Europe. Et lorsqu’ils précisent le fond de leur pensée, en guise de considérations juives, il s’agit surtout de savoir si le locataire de la Maison blanche défend bien Israël. « Il est vrai que les Juifs se posent presque toujours la question de savoir si c’est bon pour Israël », admet Isaac Franco. « Mais nous nous posons tous, quelle que soit le regard que nous portons sur la politique menée par son gouvernement, en raison du lien particulier qui nous unit à ce pays et du souci que nous avons pour lui ». Et d’expliquer ensuite la singularité de Donald Trump. « En tant que Juif, je me suis dit que son élection en 2016 est une bonne chose car Trump vient à point pour renverser ces huit années de guerre soft qu’a menée l’administration Obama contre le gouvernement Netanyahou. Il arrive donc au bon moment mais surtout, il passe à l’acte dès le 6 décembre 2017 lorsqu’il reconnait Jérusalem comme capitale éternelle et indivisible de l’Etat d’Israël. Enfin un président obéit à l’injonction du Congrès votée à l’unanimité en 1995. Cet acte sera suivi de la décision du déménagement de l’ambassade de Tel-Aviv à Jérusalem. S’il a tenu ces deux promesses, il va tenir les autres ».

Et effectivement, le président Trump a reconnu la souveraineté d’Israël sur le Golan. Il n’a plus considéré les colonies de Cisjordanie illégales au regard du droit international, il n’a pas nié non plus que les Juifs ont aussi un droit sur la Cisjordanie, il a proposé un « plan de paix » prévoyant l’annexion de 30% de la Cisjordanie, il a supprimé des aides économiques aux Palestiniens accusés d’être des « ingrats », enfin et surtout, il a décidé que les Etats-Unis se retirent de l’accord sur le nucléaire iranien conclu trois plus tôt par Barack Obama et son vice-président… Joe Biden. « Il a clairement changé le paradigme en demandant pour une fois des comptes aux Palestiniens en les plaçant devant leurs responsabilités. Ce qui lui a permis de lever l’obstacle principal sur le chemin de la normalisation avec les Etats arabes », insiste Isaac Franco. « Dans cette affaire, je suis conscient que ce n’est pas l’amour des peuples qui les a guidés puisque chacun a reçu son quid pro quo. Cette normalisation a changé la donne et Trump en fut l’artisan. Je salue donc le résultat. Enfin, il y a le dossier iranien. Face à cette menace existentielle pour Israël, Trump a dénoncé l’accord de 2015 sur le programme nucléaire iranien, qu’il a qualifié de “désastreux”. Lorsque quelqu’un fait plusieurs cadeaux au bénéfice de l’Etat d’Israël, un des premiers commandements du Juif que je suis est la gratitude. Et même si celui qui vous les offre a les ongles sales, vous le remerciez ». Et de conclure : « Si l’on écarte toutes ses particularités qui suscitent la détestation et que l’on objective ce qu’il a accompli, je pense que l’on reconnaitra que son bilan est bon concernant Israël et les Juifs, mais on saluera aussi sa détermination à mettre un frein au déclin des Etats-Unis sur la scène mondiale ».

 Les cadeaux de Trump à Netanyahou

Les « cadeaux » que Donald Trump a accordés à Israël ont une coloration et une saveur bien particulières. Ils sont surtout adressés à son Premier ministre Benjamin Netanyahou en consolidant et légitimant la pierre angulaire de son projet politique : l’annexion de territoires palestiniens. Dans ce registre délicat, Donald Trump est bel et bien le premier président des Etats-Unis à satisfaire les revendications de la droite nationaliste israélienne là où tous ses prédécesseurs n’ont cessé d’imposer des lignes rouges à ne pas dépasser tout en veillant scrupuleusement à la sécurité d’Israël et en maintenant fidèlement des liens très étroits avec ce pays. C’est donc à la nature des cadeaux de Trump qu’il convient d’apprécier le soutien que ces Juifs européens fidèles partisans de Netanyahou et de sa politique.

En devenant le champion des amis du Grand Israël, Donald Trump a-t-il réellement servi les intérêts existentiels de l’Etat d’Israël en tant qu’Etat juif et démocratique ? Pour de nombreux Juifs américains, européens et israéliens, la grande proximité entre Trump et la droite nationaliste ne présente que des inconvénients à long terme. Non seulement elle place Israël aux côtés d’un dirigeant qui sent le soufre mais elle ne fait que renforcer l’influence désastreuse des chrétiens évangéliques guidés par leurs délires messianiques et non par Ahavat Israël (amour du peuple juif). A cet égard, il est troublant d’observer que John Hagge et Robert Jeffress, les deux pasteurs américains invités pour « bénir » l’inauguration de l’ambassade américaine à Jérusalem en 2018 ont souvent défrayé la chronique par leurs propos antisémites !

Bien que ces défenseurs juifs européens de Donald Trump et sa politique soient parfois bruyants et remuants sur les réseaux sociaux, ils ne sont ni nombreux ni représentatifs de l’humeur juive européenne. Quand les Juifs européens voient Trump, ils voient également les dirigeants populistes d’Europe centrale et orientale dont le nationalisme épouse encore la haine des Juifs. Même si Trump et ses semblables multiplient les cadeaux à Netanyahou, il demeure celui qui n’agit que par cynisme en s’appuyant aussi sur des suprémacistes et antisémites invétérés.

Mercredi 3 Février 2021 par Nicolas Zomersztajn
Publié dans Regards N°1071 le magazine du Centre Communautaire Laïque Juif de Bruxelles (cliquer pour consulter le site du CCLJ).

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publique.

En voir plus...

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Nous utilisons Google Analytics pour réaliser des analyses statistiques sur l'audience.
  • _ga
  • _gid
  • _gat

Refuser tous les services
Accepter tous les services