Actualités Articles

À propos d’une sinistre rencontre entre l’ambassadeur d’Israël à l’ONU et Marine Le Pen

Chronique de Patrick Klugman sur Radio Com — 5 novembre 2011

À propos d’une sinistre rencontre. 

 

Repris de ma chronique sur RCJ du 4 novembre 2011. 

 

Marine Le Pen serait-elle en train de devenir un produit d’exportation ? Plus exactement le

nationalisme serait-il plus acceptable ou mieux accepté hors de nos frontières ? Ce serait un

comble. Mais le récent déplacement de la présidente du FN outre-atlantique pose question

et plus encore le fait que l’ambassadeur d’Israël à l’ONU, Ron Prosor ait consenti à

« passer » à un déjeuner que celle-ci donnait pour les diplomates onusiens.

 

Bien entendu il s’agissait d’une initiative personnelle et privée de l’ambassadeur. On peut

aussi espérer que Monsieur Prosor ignorait que Marine Le Pen est la fille de « l’homme du

détail », qui est aussi l’homme aux vingt-cinq condamnations, et que son patronyme est

encore à ce jour la marque notoire du racisme dans notre pays.

 

Mais à un tel niveau de responsabilité il s’agirait d’une ignorance, certes, mais d’une

ignorance coupable d’autant que la prudence est d’ordinaire plus encore que l’intelligence la

qualité première du diplomate.

 

Pour dire les choses plus simplement, qu’il s’agisse du souvenir de la Shoah ou 

de l’antisémitisme, Monsieur Prosor ne représente pas n’importe quel État et 

Madame Le Pen pas n’importe quel parti : ceci rend cette rencontre, même 

fortuite, même fugace, particulièrement détestable. 

 

Surtout qu’il est certain que Marine Le Pen n’a eu de cesse de vouloir instrumentaliser la

communauté juive pour se dédouaner d’un passé – celui du Front National – que pourtant

elle n’a jamais dénoncé.

 

Rappelons qu’il y a quelques mois, devant le tollé suscité, elle avait été désinvitée d’une

radio communautaire où elle devait s’exprimer. De la même manière le gouvernement

israélien l’avait poliment mais fermement éconduite lorsque Madame Le Pen avait voulu

visiter officiellement l’État hébreu. Il n’est pas acceptable de la part d’un diplomate de ce

niveau de se prêter, même involontairement, à ce genre de manœuvres.

 

Dans ces conditions et même si ce n’était certainement pas là le désir de Monsieur Prosor,

comment éviter que sa « curiosité intellectuelle » auprès d’une candidate à l’élection

présidentielle puisse ne pas s’interpréter comme une forme d’ingérence dans le débat

politique français ?

 

Après avoir évoqué le fait qu’il appréciait « la diversité d’opinion » Monsieur Prosor semble

parler d’un malentendu. C’est désormais à son ministre de tutelle de clarifier les choses et au

besoin de rappeler son ambassadeur à l’ordre car, s’agissant d’un geste qui remue de tels

symboles, ce serait comme dirait Molière « y participer que de ne pas le dénoncer ».

http://www.jcall.eu/IMG/pdf/chronique_Klugman_051111.pdf

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

En voir plus...

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Nous utilisons Google Analytics pour réaliser des analyses statistiques sur l'audience.
  • _ga
  • _gid
  • _gat

Refuser tous les services
Accepter tous les services