Articles

Thomas Friedman:”Bibi n’a jamais préparé sa base à la forme la plus limitée d’un État palestinien”.

single image

LE TRIANGLE DE L AMOUR QUI A ENGENDRE LA PAIX DE TRUMP AU MOYEN ORIENT par Thomas L. Friedman (1)

Kushner est passé d’avocat spécialisé dans le divorce à celui de courtier matrimonial

NEW YORK TIMES 15 septembre 2020 (cliquez pour lire l’article en anglais US)

Ayant couvert la diplomatie arabo-israélienne pendant plus de 40 ans, je dois dire que les accords de normalisation signés mardi entre Israël et les Émirats arabes unis et Israël et Bahreïn se sont déroulés de manière très inhabituelle – mais incroyablement révélatrice.

Je peux mieux l’expliquer par une analogie de feuilleton: c’est comme si Jared Kushner était un avocat qui avait décidé d’organiser un divorce entre un couple, «Mme. Israël»et « M. Palestine ». Au cours du processus, cependant, M. Kushner a découvert que Mme Israël et M. Palestine étaient si incompatibles qu’ils ne pouvaient même pas s’asseoir ensemble dans une même pièce, et encore moins se mettre d’accord sur son plan de séparation.

Mais en cours de route, M. Kushner a découvert quelque chose d’intrigant: Mme Israël avait une liaison avec M. Emirates, qui fuyait une relation abusive avec Mme Iran.

Ainsi, M. Kushner a cessé d’essayer d’organiser un divorce entre M. Palestine et Mme Israël et s’est plutôt emparé de l’intérêt mutuel de Mme Israël et de M. Emirates à se marier – sans parler de l’intérêt personnel du président Trump de servir de le «juge de paix» qui officierait sur la pelouse de la Maison Blanche au milieu d’une campagne présidentielle.

Le fait que la normalisation des relations Israël-Emirats et Israël-Bahreïn ait été effectivement enclenchée en raison de l’échec, jusqu’à présent, de la diplomatie israélo-palestinienne de l’administration Trump ne diminue pas son importance, même si cela ajoute une bonne dose d’ironie à notre histoire.

Ma règle: au Moyen-Orient, vous obtenez un grand changement lorsque les grands joueurs font les bonnes choses pour les mauvaises raisons.

Et c’est la bonne chose. L’Égypte et la Jordanie ont chacune fait la paix avec Israël pour mettre fin à leur état de guerre, mais le commerce, le tourisme et les investissements mutuels ont été limités. Israël et les Emirats et Israël et Bahreïn normalisent leurs relations parce qu’ils veulent du commerce, du tourisme et des investissements, ainsi que le partage de renseignements contre l’Iran. Et l’Arabie saoudite a clairement béni tout cela en permettant aux compagnies aériennes israéliennes El Al de traverser l’espace aérien saoudien vers Bahreïn et les Émirats arabes unis.

Vous ne voyez pas cela tous les jours. À mon avis, tout ce qui fait que le Moyen-Orient ressemble davantage à l’Union européenne et moins à la guerre civile syrienne est une bonne chose. Un ami de Dubaï me dit que certaines personnes se saluent déjà en plaisantant avec «Shalom alaikum» – une combinaison des expressions hébraïque et arabe pour «bonjour».

Ne vous faites pas d’illusions: je prie chaque nuit pour que Trump soit vaincu en novembre, mais si lui et Kushner ont contribué à nourrir cet accord en sortant, tant mieux pour eux. Ils sont coupables de mille péchés – mais cet accord n’en fait pas partie.

Je ne peux pas prédire comment tout cela se déroulera, mais lorsque l’État arabe le plus avancé sur le plan technologique et mondialisé, les Émirats arabes unis, décide de collaborer avec l’État non arabe le plus avancé sur le plan technologique et mondialisé de la région, Israël, je soupçonne que de nouvelles énergies seront débloquées et de nouveaux partenariats forgés qui devraient être bons pour les relations interhumaines arabo-israéliennes et juives-musulmanes.

En cas de succès, il créera un modèle alternatif d’émulation au modèle d’agressivité permanente iranien, qui n’a contribué qu’à engendrer des États en déroute au Liban, en Syrie, à Gaza, en Irak et en Iran.

Pourquoi cela se produit-il maintenant?

Premièrement, parce que l’Amérique réduit considérablement sa présence militaire au Moyen-Orient et que, par conséquent, de nouvelles alliances sont forgées pour combler le vide. Il y a l’axe chiite Iran-Hezbollah au Liban, en Syrie, dans certaines parties de l’Irak et du Yémen. Il existe aussi une alliance turco-qatarie. Et, pour contrer les deux, se dégage ce nouvel axe Israël-Émirats arabes unis-Bahreïn-Arabie, aux côtés d’un axe naissant irakien, égyptien, jordanien, sunnite modéré.

La deuxième tendance est que depuis le printemps arabe, l’effondrement des prix du pétrole et la flambée de la jeunesse arabe, les États arabes sunnites modérés comprennent qu’ils ne peuvent plus conserver leur légitimité en se surenchérissant sur la question de Palestine et en offrant des emplois au gouvernement et des subventions.

Leur stabilité future dépend de la fourniture à leurs jeunesse d’outils éducatifs, de relations commerciales, de connectivité mondiale – et de pluralisme religieux, de genre et éducatif – dont ils ont besoin pour prospérer. Bien qu’ils refusent d’inclure le pluralisme politique ou la dissidence dans ce mélange, ils devront le faire avec le temps. Pour l’instant, cependant, leur modèle de modernisation est la Chine, pas l’Amérique.

Il y avait aussi des considérations tactiques critiques pour les Emirats, affirme David Makovsky, un expert des relations arabo-israéliennes au Washington Institute for Near East Policy. «D’une part», m’a-t-il dit, «l’U.A.E. a estimé que son influence auprès de l’administration Trump ne serait jamais plus élevée qu’aujourd’hui – alors que Trump fait face à un effort de réélection difficile et recherche une percée diplomatique au Moyen-Orient. En tant que tel, s’il y avait un moment où les États-Unis pourraient vendre aux U.A.E. les jets furtifs F-35, après avoir refusé pendant huit ans, c’est maintenant.»

Faire la paix avec Israël, a ajouté Makovsky, était également une bonne «assurance contre les risques politiques» pour les Émirats arabes unis si Joe Biden remportait la présidence, car “cela pourrait compenser les tensions avec les démocrates du Congrès sur l’hostilité des Émirats arabes unis à l’accord nucléaire d’Obama avec l’Iran et son implication au Yémen.”

Mais peut-être que la conséquence involontaire la plus importante de l’effort de paix de Kushner a été la façon dont elle a révélé le fait que le gouvernement israélien d’aujourd’hui est complètement incapable d’accepter une solution à deux États avec les Palestiniens.

Comment ? Le plan de Kushner a abandonné la neutralité traditionnelle des États-Unis et a présenté une carte à deux États conçue pour satisfaire tous les besoins sécuritaires – et politiques – du Premier ministre de droite d’Israël, Bibi Netanyahu, et de sa base de colons juifs de Cisjordanie.

Bibi et son ambassadeur à Washington, Ron Dermer, ont contribué à l’élaboration du plan de Kushner. Et, qu’est-il arrivé ? Bibi n’a pas accepté le propre plan de Bibi.

Kushner a proposé qu’Israël pourrait annexer environ 30% de la Cisjordanie, où se trouvent la plupart des colonies juives, mais que les Palestiniens seraient en mesure de créer un État sur les 70% restants – bien qu’il s’agisse d’une collection de territoires mal connectées – avec une capitale à coté de Jérusalem.

Mais les colons purs et durs de la coalition de Bibi ont insisté pour conserver la souveraineté sur toute la Cisjordanie, qu’ils croient avoir été donnée par Dieu aux Juifs. Ils n’accepteraient même pas 70% pour un État palestinien entouré par une armée israélienne.

Ainsi, Bibi a essayé d’annexer ses 30% – sans accepter les 70% pour un État palestinien. Mais Trump et Kushner, à leur honneur, ont bloqué cela. Puis, les E.A.U. sont intervenus et ont déclaré que si Bibi abandonnait son plan d’annexion, les Emirats normaliseraient les relations.

Bibi a sauté dessus. Cela lui a permis de contourner certaines des critiques de sa base de colons extrémistes pour avoir abandonné l’annexion et de la gauche israélienne pour avoir bloqué le processus de paix avec les Palestiniens. Et les E.A.U. ont permis aux Palestiniens de geler l’annexion pour justifier sa normalisation avec Israël. C’est ainsi que les deux accords se sont liés.

Alors qu’avons-nous appris? La ligne préférée de Bibi avec les présidents américains au fil des ans a été «testez-moi», ce qui impliquait qu’il fasse preuve de courage politique pour le bon plan à deux États. Eh bien, Trump l’a testé et il a échoué ! Bibi n’a jamais préparé sa base à accepter même la forme la plus bénigne et la plus limitée d’un État palestinien.

(Si les Palestiniens avaient eu le moindre sens de l’humour, au lieu de rejeter le plan de Kushner, ils l’auraient accepté sans réserve et auraient totalement déstabilisé Bibi. Mais les Palestiniens sont perdus dans l’espace, incapables de se marier ou de divorcer.)

Alors, où en est-on maintenant avec la question israélo-palestinienne ? Je soupçonne que la phase internationale du processus de paix est terminée. Quel président américain ou quel envoyé européen va s’impliquer avec Bibi si Bibi ne peut pas accepter le propre plan de Bibi ?

Par conséquent, la question palestinienne deviendra probablement de plus en plus une question interne israélienne – une question qu’Israël devra résoudre seul. Les 2,5 millions de Palestiniens de Cisjordanie, confrontés à la perspective d’un contrôle israélien sans alternative en vue, exigeront à terme l’égalité des droits et la citoyenneté israélienne. Et cela constituera une menace directe pour le caractère juif et démocratique d’Israël, comme aucune armée arabe ne l’a jamais fait. Le véritable héritage de Bibi.

C’est pourquoi, du côté israélo-palestinien du grand livre, le plan de paix Trump-Kushner est peut-être le plan de paix le plus conséquent jamais mis sur la table – non pas pour ce qu’il a réalisé entre Israéliens et Palestiniens, mais pour ce qu’il a révélé.


(1) Thomas L. Friedman est l’éditorialiste du New York Times sur les affaires étrangères. Il a rejoint le journal en 1981 et a remporté trois prix Pulitzer. Il est l’auteur de sept livres, dont «De Beyrouth à Jérusalem», qui a remporté le National Book Award.

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publique.

En voir plus...

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Nous utilisons Google Analytics pour réaliser des analyses statistiques sur l'audience.
  • _ga
  • _gid
  • _gat

Refuser tous les services
Accepter tous les services