Actualités Elections Israël 2015

78 % des Israéliens estiment qu’un accord régional de paix améliorerait la situation économique d’Israël

single image

Au cours des 10 et 11 février 2015, New Wave Research (un département du grand institut de sondage américain Nielsen Group) a effectué une enquête d’opinion sur Internet à la demande de «Israeli Peace Initiative Group » (Groupe israélien d’initiative pour la paix). Le sondage était basé sur un échantillon représentatif de 508 interviewés issus de la population juive d’Israël. 78% des Israéliens considèrent qu’un accord régional de paix améliorerait la situation économique d’Israël ; 52% des Israéliens pensent que l’annexion de la Cisjordanie aurait des implications très négatives pour leur pays.

Le but de cette enquête commanditée par l’IPI (Israeli Peace Initiative Group) était d’évaluer le positionnement de la population juive israélienne par rapport au conflit Israël/Palestine et au processus de paix avant les élections à la Knesset (17 mars 2015).

 

L’IPI a été créé en 2011 par Youval Rabin, le fils du premier ministre israélien assassiné, et Koby Huberman afin de lancer une série de propositions pour parvenir à un accord de paix entre Israéliens et Palestiniens. L’IPI a été la première organisation israélienne à s’inspirer de l’initiative de paix des pays arabes en 2002 pour faire ses propres propositions. Plus de 800 personnalités de tous horizons (politiciens, militaires, diplomates, écrivains, universitaires, etc.) participent à l’IPI.

Les résultats du sondage sont assez « surprenants », estiment ses commanditaires :

• 78% des Israéliens considèrent qu’un accord régional de paix améliorerait la situation économique d’Israël ; 52% des Israéliens pensent que l’annexion de la Cisjordanie aurait des implications très négatives pour leur pays.

• 79 % des Israéliens voteront aux prochaines élections pour un changement dans la situation économique.

• 42 % des Israéliens estiment que le maintien de l’actuel statu quo concernant le processus de paix menace économiquement les citoyens de leur pays.

• 55 % d’entre eux supportent le principe d’une solution régionale, sans donner de détails d’un plan de paix de cette nature.

• 66 % des sondés connaissent le plan de paix arabe (2002) – contre 36 % l’année dernière. Les israéliens supportent les paramètres particuliers (reconnaissance des lignes de cessez-le-feu de 1967 avant des échanges de terres, solution pour les réfugiés, arrangements de sécurité et arrangements sur Jérusalem) d’un accord entre les deux parties (Israël/Palestine) à un niveau de 40 %, et 65 % sont contre ; mais 72 % d’entre eux sont prêts à accepter les mêmes paramètres dans le cadre d’un accord régional (plan des pays arabes de 2002) pour mettre fin au conflit.

• 64% des Israéliens sont persuadés que le blocage politique peut entraîner une détérioration de leur sécurité.

• 60 % d’entre eux pensent qu’Israël serait davantage en sécurité avec un accord régional sur le conflit israélo-palestinien et un accord de coopération avec les pays arabes contre le terrorisme et l’expansionnisme iranien.

• 55 % des sondés approuvent le concept de sécurité présenté par le CIS (« Commanders for Israel Security», un mouvement composé d’ancien officiers supérieurs de Tsahal et de responsables des services secrets) qui reprend l’idée qu’un accord régional apporterait plus de sécurité à Israël. Seulement 33 % d’entre eux supportent la position de Netanyahou selon laquelle un compromis induirait davantage de risques pour le pays.

Les responsables du sondage tirent trois principales conclusions de leur étude. Tout d’abord, la majorité des israéliens sont conscients des risques politiques, sécuritaires et économiques que leur font courir l’actuel statu quo et le blocage du processus de paix. Ensuite, un nombre de plus en plus important d’Israéliens ont pris conscience de l’Initiative de Paix Arabe (2002) et des opportunités régionales qui peuvent en résulter. Enfin, les Israéliens préfèrent clairement un accord régional pour résoudre le conflit israélo-palestinien plutôt qu’un agrément bilatéral (Israël-Palestine).

Traduction Paul Ouzi MEYERSON

 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

En voir plus...

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Nous utilisons Google Analytics pour réaliser des analyses statistiques sur l'audience.
  • _ga
  • _gid
  • _gat

Refuser tous les services
Accepter tous les services