Nous ne sommes pas les avocats des Palestiniens mais celui de la paix

Interview de Yuval Rahamim sur Libération

Yuval Rahamim dirige le forum des ONG pour la paix qui regroupe 120 ONG travaillant sur le conflit israélo-palestinien (droits de l’homme, cohabitation etc.). Un Forum créé il y a un peu plus de dix ans par l’israélien Ron Pundak, un des architectes des accords d’Oslo, et qui a dirigé le centre Pérès pour la paix. Yuval Rahamim, qui était à Paris la semaine dernière pour inaugurer à la mairie du 3ème arrondissement l’exposition de photos « Activistes de la paix » (jusqu’au 9 février), a dirigé pendant quatre ans l’association des familles endeuillées (son père a été tué pendant la guerre des six jours) qui regroupe des proches des victimes des deux camps et qui encourage le dialogue entre Israéliens et Palestiniens dans les écoles ou centre communautaires. Le but, dépasser l’esprit de haine et de vengeance, montrer que si les familles parviennent à surmonter leur peur et leur haine de l’autre, alors la société le peut aussi.

 

Comment parvenez-vous, dans le contexte actuel, à nourrir encore le moindre espoir de paix entre Israéliens et Palestiniens?

On n’a pas le choix. On ne peut pas lâcher, même quand il n’y a plus d’espoir. Si l’on arrête de croire à la paix qu’allons-nous devenir ? Il faut continuer à parler de ce qui se passe dans les territoires car il y a beaucoup d’ignorance sur le sujet en Israël. Parfois, je perds espoir, en effet, et puis je me dis que si j’arrive à convaincre ne serait-ce qu’un étudiant en partance pour l’armée que face à lui il va trouver des êtres humains, alors cela sert encore à quelque chose d’y croire.

 

Vous arrivez encore à collecter de l’argent ?

C’est de plus en plus difficile. Une nouvelle loi stipule que si on est financé à plus de 50% par un Etat ou une institution étrangère il faut le déclarer. Selon l’ancienne législation, nous devions déjà déclarer dans nos documents officiels nos financements venant de l’étranger. Maintenant nous devons le faire dans tous. Ce n’est pas le cas pour les dons privés de l’étranger qui financent la plupart des organisations de droite. Cette loi a été conçue de façon à ne concerner principalement que les ONG pour la paix et des droits de l’homme et son principal but est de les présenter comme des agents de l’étranger. Cette loi atteint donc son but qui est d’affaiblir les ONG. Et d’autres limitations sont en préparation. Sans compter les attaques publiques, et souvent personnelles, contre les ONG spécialisées dans les droits de l’homme qui sont toutes qualifiées d’ONG d’extrême-gauche, ce qui désigne chez nous les gens travaillant contre l’Etat d’Israël, les associant au BDS (qui prône le boycott d’Israël, ndlr). Le problème, c’est que le grand public le croit, il pense que nous travaillons contre Israël alors que nous travaillons juste à la paix entre Israéliens et Palestiniens parce que nous sommes profondément inquiets pour l’avenir de notre Etat. Cela devient par exemple très difficile d’aller travailler dans des écoles israéliennes, car beaucoup ont peur que des parents se plaignent. Il y a deux mois, une école a refusé de recevoir l’association des familles endeuillées sous la pression des parents. Nous savons qu’actuellement le ministère de l’Education prépare une loi visant à interdire purement et simplement les ONG d’entrer dans les écoles, alors que l’éducation à la paix et à la cohabitation doit se faire dès le plus jeune âge.

 

Vous avez évoqué BDS, le Forum est-il sur la même ligne ?

Aucune des ONG du Forum ne soutient BDS, au contraire elles s’y opposent. Le gouvernement israélien utilise BDS comme un chiffon rouge, pour nous décrédibiliser. De toute façon, demander le boycott d’Israël n’est pas la solution au conflit. D’abord, ce boycott, si certains pays le décident, restera marginal car tous les Etats ou presque soutiennent Israël et ne voient pas l’intérêt de mettre leurs relations en péril à seule fin de soutenir les Palestiniens. Ce n’est pas du tout le même cas de figure que celui de l’Afrique du Sud où l’ANC appelait au boycott. En Israël, aucun parti, même de gauche, même arabe n’appelle au boycott! Par ailleurs, c’est même contre-productif. Les Israéliens ont déjà l’impression d’avoir le monde contre eux, cela ne génèrera pas une prise de conscience de la tragédie des Palestiniens mais au contraire une victimisation d’Israël. La demande de boycott sert juste à ceux qui la portent à se donner bonne conscience, ce n’est pas constructif.

 

Qu’est-ce qui serait constructif ?

Après toutes ces années de travail, je sais qu’il reste un secteur dans la société israélienne que nous ne sommes pas parvenus à toucher: c’est le centre, ceux qui ne sont pas aux extrêmes. Ces gens-là ne sont pas contre la paix mais ils ont peur. Malgré le fait qu’Israël est maintenant une puissance importante, un endroit sûr, ils ont peur. Une peur entretenue par le gouvernement israélien et les médias qui montrent à longueur de journée toutes les atrocités qui se passent à nos portes. Ces Israéliens-là ne connaissent pas, ou peu, la réalité des Palestiniens, c’est l’ignorance qui entretient leur peur. Et cette ignorance est réciproque d’ailleurs. Les Palestiniens, contrairement aux générations précédentes, ne parlent plus l’hébreu car ils ne peuvent plus aller travailler en Israël. C’est ce grand vide que nous, ONG, devons remplir. Nous devons montrer à notre public ce que pourrait lui apporter la paix afin, in fine, de changer la politique d’Israël. Nous ne sommes pas les avocats des Palestiniens mais celui de la paix.

Il faut redonner confiance en la fin de ce conflit. Le besoin le plus important des Israéliens, c’est la sécurité, ce doit être notre message: la paix avec les pays arabes et les Palestiniens est le meilleur moyen de garantir notre sécurité.

 

En fait, se dire de gauche est devenu un gros mot, un handicap en Israël ?

Oui, toutes les ONG considérées comme telles, celles qui militent contre l’occupation par exemple, même Shalom Ahchav (La Paix maintenant), ont perdu leur crédibilité auprès d’une large part du public israélien. Ne peuvent être audibles que celles qui parlent d’abord de l’intérêt des Israéliens. Women Wage Peace (Les femmes pour la paix) par exemple, une ONG créée en 2014 pendant la guerre de Gaza, et qui regroupe des femmes de droite et de gauche, des religieuses et des laïques, des juives et des arabes (y compris palestiniennes), n’intervient pas sur le terrain politique mais insiste sur la nécessité d’arriver à un accord pour le bien des familles, la sécurité des fils, des maris etc… Et elles arrivent à toucher beaucoup de monde. Une autre ONG, « les Commandants pour la sécurité d’Israël », composée de 280 anciens généraux issus de l’armée ou des autres services de sécurité du pays, montre, plans à l’appui, que la fin de l’occupation est le meilleur moyen d’assurer la sécurité du pays.

 

Le fait que les dirigeants palestiniens soient si affaiblis n’est-il pas un problème?

On entend beaucoup chez les Israéliens, et notamment au gouvernement, qu’il n’y a plus de partenaire avec lequel négocier. Mais Mahmoud Abbas a tout fait pour obtenir la paix! Grâce à la coopération sécuritaire entre Israéliens et Palestiniens, on a la sécurité. Abbas n’a plus rien à nous donner. Comment voulez-vous négocier avec quelqu’un qui n’a plus rien à donner?

 

Que peut faire l’Europe ?

Elle doit absolument lancer une campagne pour rétablir son image en Israël. Car celle-ci est déplorable. Les Israéliens sont convaincus que l’Europe est anti-israélienne, voir antisémite. L’Europe devrait passer au-dessus du gouvernement et s’adresser à la société israélienne, c’est très important. L’Europe doit comprendre la psychose d’Israël. La plupart des Israéliens se voient toujours comme un petit pays menacé, il faut comprendre cette psychose-là! L’Europe doit absolument regagner la confiance d’Israël, retrouver l’image d’un médiateur honnête. Et la France a sans doute un rôle particulièrement important à jouer. L’image d’Emmanuel Macron est plutôt bonne en Israël mais on ne sait pas très bien comment il se positionne sur le sujet.

 

Que pensez-vous de l’hypothèse d’un seul État binational qui monte en Israël ?

Le temps travaille contre la solution à deux Etats. Mais le gouvernement israélien ne poussera jamais l’option d’un seul Etat. D’abord il faudrait donner des droits civiques aux Palestiniens. Ensuite cela signifierait à terme, vu l’évolution démographique, la fin d’un Etat juif. Le plan du gouvernement c’est plutôt d’annexer une partie des territoires palestiniens. La majorité des ONG continue à se battre pour la solution à deux Etats. Mais aujourd’hui en Israël, la gauche parlementaire est faible, la coalition au pouvoir est stable et il n’y a plus de débat public sur le sujet, plus d’enjeux. Le débat que portent les ONG remplace ce que le politique ne fait plus. C’est pour ça qu’elles sont autant attaquées par le gouvernement.

 

Recueilli par Alexandra Schwartzbrod

Source Libération

 

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Nous utilisons Google Analytics pour réaliser des analyses statistiques sur l'audience.
  • _ga
  • _gid
  • _gat

Refuser tous les services
Accepter tous les services