A la une

L’annexion met en danger la sécurité et la démocratie d’Israël – Appel de J-Link

single image

En tant que membres et sympathisants de J-Link, réseau international d’organisations juives progressistes, nous souhaitons sans délai partager notre profonde préoccupation, étayée par les analyses d’experts en relations internationales et en sécurité, concernant l’intention du gouvernement israélien de procéder à l’annexion de certaines parties de la Cisjordanie.

Il ne reste que peu de temps pour convaincre le gouvernement d’Israël de mettre un terme à cette démarche malavisée. Avec la complicité de l’administration Trump, le Premier ministre Benjamin Netanyahu perpétue le mythe selon lequel la réalité sur le terrain l’emporte sur le droit international. C’est maintenant le moment où les Israéliens se doivent de réfléchir aux conséquences de l’annexion unilatérale sur leur sécurité et leurs relations internationales.

Une pétition signée par près de 300 anciens officiers supérieurs de l’armée, du Mossad et de la police, tous membres de l’ONG “Commandants pour la sécurité d’Israël“, souligne que l’annexion déclenchera une réaction en chaîne sur laquelle Israël n’aura aucun contrôle, conduisant à l’effondrement de l’Autorité palestinienne. Cela exigerait en retour qu’Israël prenne le contrôle total de toute la Cisjordanie et assume la responsabilité directe de l’existence de 2,6 millions de Palestiniens.

L’accord de coalition signé par Benjamin Netanyahu et le président de la Knesset, Benny Gantz, comprend des articles qui permettent au nouveau gouvernement d’accélérer le processus d’annexion à compter du 1er juillet. Bien que soit reconnue la nécessité de discuter de la question avec la communauté internationale, le seul engagement contraignant de l’accord est la coordination de la démarche avec l’administration américaine. Comme dans le cas du plan “Paix pour la prospérité” du président Trump, les Palestiniens n’ont pas leur mot à dire.

Il convient de noter que l’article 28 de l’accord de coalition mentionne l’intention du gouvernement “de s’efforcer de faire respecter les accords de paix existants”, ce qui indique que la Jordanie et l’Égypte pourraient avoir un poids particulier sur cette décision. Pour le Royaume hachémite de Jordanie, fortement peuplé de réfugiés palestiniens, l’annexion risque de déstabiliser le gouvernement et l’obliger à reconsidérer son traité de paix avec Israël. Le traité de paix avec l’Égypte serait également mis en péril. En outre, les actions d’Israël mettent déjà à rude épreuve ses relations avec les pays démocratiques du monde entier.

L’annexion unilatérale est illégale en vertu du droit international et contrevient à toutes les résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies relatives au conflit israélo-palestinien, en particulier la résolution 2334 du 23 décembre 2016. Si elle était appliquée, l’annexion signifierait la fin de la solution à deux États et anéantirait tout espoir du peuple palestinien de parvenir à l’autodétermination par des moyens non violents.

En outre, l’annexion risquerait de transformer Israël en un État qui maintient un contrôle permanent sur des millions de Palestiniens au sein de son territoire, leur déniant les droits civiques et politiques et mettant ainsi fin à la démocratie en Israël telle que nous la connaissons.

Une telle action risque de provoquer une marée montante de délégitimation d’Israël et de nouvelles poussées d’antisémitisme. L’annexion mettra également en péril les relations entre Israël et les Juifs progressistes du monde entier pour qui les droits de l’homme, l’égalité et la démocratie sont des principes essentiels.

Nous appelons tous ceux qui se soucient de l’avenir d’Israël à agir au plus vite afin de convaincre le gouvernement et le peuple d’Israël que le prix à payer pour l’annexion sera trop lourd à supporter.

Je signe la pétition contre l'annexion lancée par J-Link

Comité de coordination J-Link

Parmi les premiers signataires : Michel Abitbol, Christian Boltanski, Luc Boltanski, Daniel Cohn-Bendit, Albert Cohen, Alain Finkielkraut, Jean Hatzfeld, Serge Hefez, Liana Levi, Bernard-Henri Lévy, Dominique Moïsi, Pierre Nora, Diana Pinto, Alain Policar, Laurence Sendrowicz, Pierre Schapira, Anne Sinclair, Antoine Spire, Benjamin Stora, Lucette Valensi…

Appel signé par 50 organisations de 17 pays :

Ameinu Australie
Ameinu Canada
Ameinu États-Unis
Americans for Peace Now
Argentinos Amigos de PAZ AHORA
Amogos Brasileiros Do Paz Agora (Brésil)
Canadian Friends of Peace Now
Casa de Cultura (Uruguay)
Centro Progresista judio CPJ (Chili)
Centre Communautaire Laïc Juif (Belgique)
Cercle Martin Buber Genève (Suisse)
Gruppo Martin Buber- ebrei per la pace (Italie)
Habonim Dror North America
Habonim Dror Afrique du Sud
Hashomer Hatzair World Movement
J-AMLAT (Amérique latine)
JCall Europe
JCall Belgique
JCall France
JCall Italie
JCall Espagne
JCall Suisse
Jewish Democratic Initiative (Afrique du Sud)
Jewish Labor Committee (États-Unis)
Jewish Labour Movement (Royaume-Uni)
JSpace Canada
J Street (États-Unis)
La Paix Maintenant (France)
Llamamiento Argentino Judio (Argentine)
Meretz Argentine
Meretz France
Meretz UK
Meretz Uruguay
Mujeres activan por la paz (Argentine)
Netzer Afrique du Sud
New Israel Fund (Australie)
New Israel Fund (Autriche)
New Israel Fund (Canada)
New Israel Fund (Allemagne)
New Israel Fund (Royaume-Uni)
New Israel Fund (États-Unis)
New Israel Fund (Suisse)
Partners for Progressive Israel (États-Unis)
Policy Working Group (Israel)
Reconstructing Judaism (États-Unis)
Reconstructionist Rabbinical Association (États-Unis)
Smol Talk Mexico
Truah: The Rabbinic Call for Human Rights (États-Unis)
Union Jovenes judios Argentinos (Argentine) Yachad (Royaume-Uni)

Et en France par 12 organisations juives :

ACJ – Association Culturelle Juive de Nancy,  AJHL  – Association pour un Judaïsme Humaniste et Laïque,  AMJHL – Association Montpelliéraine pour un Judaïsme Humaniste et Laïque,  CBL – Cercle Bernard Lazare,  CBLG – Cercle Bernard Lazare de Grenoble,  CLB – Cercle Léon Blum, Hachomer Hatzaïr,  JCall,  LPM – La Paix Maintenant,  Medem,  RAJEL – Réseau des Associations Juives Européennes Laïques,  UJRE – Union des Juifs pour la Résistance et l’Entraide.

Qu’est-ce que J-Link ?

J-Link est un réseau international d’organisations juives progressistes d’Israël, des États-Unis, du Canada, d’Europe, d’Amérique latine, d’Afrique du Sud et d’Australie. Nous partageons un attachement indéfectible à Israël et un engagement en faveur de la démocratie, des droits de l’homme, du pluralisme religieux et d’une résolution pacifique du conflit israélo-palestinien par la création d’un État palestinien aux côtés d’Israël.  Nous croyons aux valeurs inscrites dans la Déclaration d’indépendance d’Israël, selon laquelle l’État d’Israël, en tant que patrie démocratique du peuple juif, assure “une égalité complète des droits sociaux et politiques à tous ses habitants, sans distinction de religion, de race ou de sexe”.  Nous sommes très préoccupés par des initiatives telles que la loi sur l’État-nation et les politiques d’annexion unilatérale qui feront échouer la possibilité d’une solution à deux États. J-Link aspire à travailler avec les communautés juives locales et les gouvernements nationaux des pays dans lesquels il est implanté ainsi qu’avec les organisations internationales pour défendre ses valeurs et sa vision d’Israël.

26 Commentaires
  1. Santo (Shem Tov) CAPPON 2 mois ago
    Reply

    Je suis le petit-fils d’Abraham A. CAPPON (1852-1931), qui fut rabbin, poète et écrivain ayant vécu à Sarajevo (la Jérusalem des Balkans) de 1900 jusqu’à son décès. Fervant sioniste de la première heure, il dédia son ouvrage Shivat Tzion paru en 1912, à son ami Max Nordau. En 1900, il avait publié son vibrant Himno Sionista (en espagnol). “Con querencia y amor” (avec bienveillance et amour), cet idéaliste espérait le rétablissement miraculeux d’un état juif en Terre Sainte, qui s’épanouirait dans la coexistence harmonieuse entre des trois monothéismes (comme à Sarajevo en ce temps-là). Ce que politiquement nous vivons actuellement en Israël, est très éloigné de ce projet humaniste et grandiose !!

    • Cherifa Toumani 1 mois ago
      Reply

      Merci de continuer, malgré le temps excessivement long, d’oeuvrer pour la paix entre les deux peuples.

      Nous preservons ainsi, notre humanité !

      Bonne continuation.

  2. CLAUDE FREUD 1 mois ago
    Reply

    Le mouvement Two states One homeland, qui rassemble des Palestiniens et des Israéliens issus de tous les champs sociétaux propose de repenser un cadre nouveau, hors de schémas de pensée habituels. “Le modèle basé sur la séparation (des deux peuples) ayant échoué, il faudrait envisager une autre solution: une confédération de deux Etats souverains et indépendants. Cette union de deux Etats, baptisée Palestine/Israël, partagerait une patrie historique et culturelle commune, selon les frontières basées sur les limites du 4 juin 1967 , ces frontières étant ouvertes à tous. Dans un tel cadre, chacun citoyen, israélien ou palestinien, pourrait circuler et s’installer librement où que ce soit sur le territoire confédéral.
    L’union serait dotée d’institutions communes chargées des préoccupations mutuelles comme la sécurité, l’économie, les affaires sociales ou l’environnement. Jérusalem serait, quant à elle, la capitale commune et unifiée des deux Etats, grâce à une gestion commune et paritaire assurée par chacun d’eux. Pour les promoteurs de Two states One homeland, ce nouveau paradigme doit se substituer à la vision ancienne, qui envisage les solutions habituelles: à deux Etats, coupés l’un de l’autre, ou à un Etat, binational.

    • Arber 3 semaines ago
      Reply

      Bonjour Monsieur Freud. Je partage complètement votre point de vue. Je pense qu’il faudrait promouvoir un peu plus cette idée. Comme ça personne ne se sentirait dépourvu de son territoire . (Aucune des deux parties). Et je pense qu’elle aurait aussi comme avantage d’offrir un allié pour les Israéliens dans le monde arabe et un un allié pour les palestiniens en Europe ce qui pourrait aussi faciliter le développement économique et la paix dans la région.

      • TORRON SANDRA 2 semaines ago
        Reply

        Entièrement d’accord avec vous à tous points de vue sauf un.
        Pourquoi le nom de Palestine-Israël et non celui d’Israël-Palestine ?

    • Elisabeth PHILIPP 2 semaines ago
      Reply

      cette proposition est sans doute la plus intéressante. Pourquoi n’est-elle pas mise en valeur ?

  3. Trad jemil 1 mois ago
    Reply

    Je félicite tous les acteurs de J Call pour leur engagement et leur persévérance dans l’effort pour la paix et la justice dans cette région et, partant, dans le monde. Courage, continuez !

  4. Fridman 1 mois ago
    Reply

    Insupportable anti démocratique
    Anti droits des peuples à s’auto instituer par eux-mêmes
    Accablant et tragique
    À la solde de TRUMP IRRESPONSABLE SUR LES CONSÉQUENCES FATALES de ce traité illégitime pour le peuple palestinien !!!

  5. Maurice Baran-Marszak 1 mois ago
    Reply

    Notre Devoir est de conserver la nature démocratique de l’Etat d’Israël accepté lors des accords internationaux avec un Etats palestiniens démocratique à ses côtés.

  6. DEBORDE 1 mois ago
    Reply

    J’aime Israel, la façon dont cet État s’est construit collectivement, démocratiquement. Nous n’avons pas le droit d’accepter la façon dont se conduit ce gouvernement avec ce projet qui ne ferait que condamner et ne plus reconnaître Israël par de nombreux pays☹️

  7. Stroun Michèle 4 semaines ago
    Reply

    Puisse cette ultime initiative avoir quelque influence positive sur la politique israélienne… il faut toujours espérer.

  8. Louria 4 semaines ago
    Reply

    Cette annexion qui constitue une menace pour tout le peuple Israélien, qui anéantit tout ce que la création de cet état représentait d’espoir et de triomphe de l’humanité contre la barbarie, mettrait en grand danger les Juifs de la Diaspora, déjà en butte à un antisémitisme de plus en plus violent et à la haine attisée par l’amalgame et le soupçon voire la certitude de leur soutien à la politique du gouvernement israélien … Nous avons de plus en plus peur de l’avenir dans ce pays qui est le nôtre et cette République Laïque qu’est la France. L’attachement à Israël déjà si compliqué , va devenir de plus en plus douloureux …Un peu comme une mère qui aurait un fils criminel alors qu’il n’était que délinquant…

  9. Aussedat 3 semaines ago
    Reply

    Il faut que cela change
    La politique actuelle du gouvernement israélien est très dangereuse et inacceptable
    Ne faites pas à autrui ce qu’on ne voudrait pas qu’on vous fasse

  10. Jean-Pierre Bernajuzan 3 semaines ago
    Reply

    Je comprenais bien que l’État d’Israël ait été créé pour défendre les Juifs contre la persécution qu’ils subissent depuis des millénaires. Mais j’étais perplexe car cet État est “juif”, officiellement ou non, est-ce à dire que seuls les Juifs peuvent être Israéliens ? Il y a forcément des citoyens israéliens qui ne sont pas juifs, sont-ils des citoyens de seconde zone, de droits restreints ? Cela me paraissait contraire à la démocratie. Et je me demandais comment Israël allait se sortir de cette contradiction.

    Or la République française a sorti les Juifs de leur ségrégation en leur reconnaissant un statut de citoyen français à part entière, à égalité avec tout autre citoyen français, et contre toute appartenance “grégaire” tribale, clanique, religieuse, etc, qui demeurent privées. En faisant d’Israël un État juif, on reconstruit la structure persécutrice ancestrale dont ont tant souffert les Juifs.

    Alors que j’assimilais Israël à un État occidental, c’est Zeev Sternell qui m’a ouvert les yeux :

    – ” ” Le destin des juifs dépendant depuis la Révolution française du destin des valeurs libérales, les fondateurs du sionisme ont compris que si une crise mettant en cause la démocratie et les droits de l’homme devait se produire en France – la société libérale la plus avancée du Vieux Continent –, cela n’augurait rien de bon pour l’avenir des juifs d’Europe centrale et orientale.
    Depuis le milieu du XVIIIe siècle, existaient deux concepts distincts de nation. Le premier, qui correspond au point de vue des Lumières tel qu’il a été présenté dans le Dictionnaire raisonné de Diderot, définit la nation comme un agrégat d’individus soumis au même gouvernement et vivant à l’intérieur des frontières d’un même pays. Le second présente la nation comme un corps organique, un produit de l’histoire, où le rapport aux individus formant le peuple est pareil à celui d’un arbre avec ses branches et ses feuilles : la feuille existe grâce à l’arbre, c’est pourquoi l’arbre a préséance sur la feuille.
    Mythe contre raison
    Depuis sa création, le mouvement national juif affiche les mêmes caractéristiques que celles de ses pays d’origine en Europe centrale et orientale : une identité nationale tribale, façonnée par l’histoire, la culture, la religion et la langue – une identité en vertu de laquelle l’individu ne se définit pas lui-même mais se trouve défini par l’histoire. La notion de « citoyenneté », à laquelle est raccroché en Occident le concept de nation, n’avait aucun sens en Galicie, en Ukraine ou dans la Russie blanche. Et cela valait également pour les juifs : les sionistes pouvaient bien cesser d’observer les préceptes religieux et rompre avec leur religion au sens de foi métaphysique, mais il leur était impossible de rompre l’attache historique et l’identité historique qui se fondaient sur la religion.”” –

    Ainsi, particulièrement depuis l’accession de la droite au pouvoir avec les mouvements religieux, le soubassement individualiste qui est la base de la démocratie moderne – occidentale, est battu en brèche par le retour du “grégarisme” religieux, qui en retrouver d’autres, raciaux, etc.

    Et je découvre que, tel qu’il évolue, l’État d’Israël ressemble davantage à ses voisins arabes grégaires (tribaux, claniques) qu’aux États occidentaux individualistes. La société israélienne reste de culture individualiste, mais l’État est de plus en plus dominé par les grégaires religieux par leur capacité à faire et défaire les majorités gouvernementales.

    L’individualisme est fondamental car c’est au niveau individuel que se jouent l’égalité et la liberté, sans égalité pas de liberté… pas de démocratie moderne.

  11. Hilzenkopp 3 semaines ago
    Reply

    Je suis catholique, mon grand pere était protestant, je suis né a Metz. Trois de mes grands parents sont né en Alsace Moselle avec la nationalité allemande et redevenus français en 1918.
    Dans mon village en moselle il y a eu jadis une synagogue.
    Je suis meutri par la politique du gouvernement israelien qui vise à chasser exclure les palestiniens de leur terre.
    Cette politique porte en elle un risque fort d’isolement des juis français, ce que je déplore.
    Je salue les organisations juives françaises, et les personnes et personnalités qui soutiennent cette initiative.

  12. Alexandre Faulx-Briole 3 semaines ago
    Reply

    Je suis le petit neveu de Bernard Abraham Lecache, fondateur de la LICRA ; et je signe cette pétition avec enthousiasme et tristesse, car la politique du gouvernement israélien actuelle est criminelle et colonialiste

  13. Florence Ostier 3 semaines ago
    Reply

    Française juive engagée en faveur de la paix depuis mes 15 ans, j en ai 65 aujourd’hui. Cela fait donc 50 ans d espoir. Que le temps est long. Merci J Call pour cette solide et large initiative soutenue par tant de personnalités et institutions juives reconnues. Espérons que cette voix de la raison portera. L heure est grave et le danger si proche.

  14. PERLA Georges 2 semaines ago
    Reply

    Je signe effrayé, et le mot est bien faible!, par les conséquences qu’entraineraient les initiatives de “Paix” de Netanyahu, par le discours simpliste, cynique et irresponsable qui l’accompagne.
    Je signe en gardant en mémoire ma mère, déportée à Auschwitz, mon père de Pologne, leurs familles décimée par le nazisme et les liens qui les unissaient à Israël.

  15. PeterKassovitz 2 semaines ago
    Reply

    Bravo, c’est plus efficace que la boycott (BDS) qui n’a jamais arrêté quiconque

  16. PHILIPPE GOLDMAN 2 semaines ago
    Reply

    Soutenir cette pétition est une évidence mais pourquoi si peu d’associations juives signataires d’envergure en France? Que se passe t’il en France?

  17. kenigsberg 2 semaines ago
    Reply

    Non à l’annexion bien sûr , mais non à l’occupation et à la complaisance face à l’occupation ! 52 ans !!

  18. Christian ALBECKER 2 semaines ago
    Reply

    Mon épouse et moi avons longtemps été membres (chrétiens protestants) de La paix maintenant. Nous sommes très admiratifs devant votre persévérance et le courage de vos prises de position. En tant que Président de l’Union des Églises Protestantes d’Alsace et de Lorraine, j’interpelle souvent mes amis juifs sur l’extraordinaire message universel dont ils sont porteurs, résumé pour moi dans l’inscription qui figure sur le fronton de la synagogue de la Paix à Strasbourg “Plus fort que le glaive est mon Esprit”. L’actuelle politique du gouvernement israélien sert bien mal ce message, confortée par le “protestant” Trumpp qui fait honte à ma religion. Il n’y aura pas de paix sans justice!

  19. Serge Frati 2 semaines ago
    Reply

    Le plan de Trump prévoit (ce que même M.Rabin à Oslo ne prévoyait pas) la création d’un état palestinien dans 70% de là Judée-Samarie/ Cisjordanie, 30% qui correspondent aux terrains occupés par des implantations juives seront cédés aux palestiniens entre Gaza, l’Egypte et le Néguev, la Résolution N° 242 stipule que les frontières définitives de ce territoire devront être négociées entre les belligérants et devront tenir compte de la sécurité d’Israel, c’est exactement ce qu’essaie de faire Israel et ce qu’elle a réussi à faire avec l’Egypte en lui rétrocédant le Sinaï et avec la Jordanie, deux pays qui n’avaient pas comme but dans une Charte comme celle du Hamas, prônant l’élimination d’Israel de la carte du monde.
    Je pense que si tous les signataires mettaient toute l’énergie qu’ils mettent, par erreur, pour obliger Israel à maintenir un statuquo qui ne profite qu’aux corrompus de l’Autorite palestinienne, pour appuyer le seul Plan de paix réaliste qui soit sur la table, on avancerait plus vite vers une solution, et cela profiterait bien plus, auX arabes de Cisjordanie qui n’attendent que cela, un état et des frontières définitives, le plan de Trump, pour une fois, le permet, il faudrait agir et faire pression plutôt sur M.Netanyahu pour qu’il n’oublie pas de satisfaire également à la seconde phase de ce plan, la création de cet état palestinien, certes aux conditions prévues aussi par ce plan, ce serait beaucoup plus constructif que de persister dans une posture qui date et qui n’avait mené à rien de bon.

  20. Raynal 2 semaines ago
    Reply

    Je déplore les critiques qui sont faites sur la restauration et non l’annexion de la vallée du Jourdain
    Israël est une démocratie n’en déplaise a certains qui déforment la vérité comme Bernazujan et les autres qui se présentent comme des descendants du sionisme et qui n’ont plus rien de juifs
    Aucun d’entre vous n’a vécu avec les arabes qui bien avant la restauration d’israel se comportaient comme des tyrans volant et violant les juives , obligeant les juifs de porter une rouelle et des chaussons qui devaient laisser le talon libre, tout juif devait descendre du trottoir et la justice était rendu par les tribunaux arabes ‘ A cela s’ajoutaient les impôts dûs par les juifs et vivaient misérablement dans des mellahs sans parler des pogroms réguliers
    La France les a émancipés tout en montant les juifs contre les arabes comme elle le faitencotpre aujourd’hui
    Les sepharades à l’exception des. gauchistes sont très vigilants contre toute entité arabe ou toute cohabitation et la plupart des intervenants sont des ashkénazes qui n’y connaissent rien et évoquent des tirades sur l’époque des lumières alors que les pays arabes sont tous des dictatures et leur peuple vit misérablement

  21. QUESTERBERT 2 semaines ago
    Reply

    Bonjour, je pense que les Israéliens et les Palestiniens ont beaucoup à y perdre, que les Israéliens sont manipulés dans une perspective malheureuse par le gouvernement américain actuel. Et qu’il est dans l’intérêt des Israéliens, pour leur pays pour leur peuple de se dissocier clairement de cette entreprise aventureuse, en s’écartant résolument des fantasmes de surpuissance des Evangélistes qui instrumentent Israël.

  22. CLAUDE FREUD 2 semaines ago
    Reply

    Oui, pourquoi pas? Chaque Etat garderait son nom, Israël et Palestine. L’Union s’appellerait Confédération Israël Palestine. Considérant que l’Etat Israël est 4 fois plus grand que la Palestine, que le I précède le P dans l’alphabet, il peut être justifié de la placer en premier dans l’appellation.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

En voir plus...

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Nous utilisons Google Analytics pour réaliser des analyses statistiques sur l'audience.
  • _ga
  • _gid
  • _gat

Refuser tous les services
Accepter tous les services