Possible accord Hamas-Fatah sur la bande de Gaza

Le Hamas et le Fatah, mouvements palestiniens rivaux, sont parvenus jeudi à un accord par lequel le gouvernement d’unité placé sous l’autorité du président Mahmoud Abbas va prendre le contrôle de la bande de Gaza, ont annoncé des négociateurs au Caire.

Le cessez-le-feu, conclu en août dernier entre les Palestinien et Israël, sous les auspices de l’Egypte, après l’opération de Tsahal “Bordure protectrice”, prévoyait que l’Autorité palestinienne reprenne en charge l’administration de la bande de Gaza. Mahmoud Abbas, le président de l’Autorité Palestinienne, avait regretté, la semaine dernière, que le Hamas ne respecte pas cet accord. Dans ces conditions, le prolongement de la trêve à Gaza aurait été hypothétique mais une entente semble avoir été trouvé.



“Tous les fonctionnaires seront payés par le gouvernement d’unité car ce sont tous des Palestiniens et que c’est le gouvernement de tous les Palestiniens“, a dit Azzam Ahmed, négociateur du Fatah.

Moussa Abou Marzouk, président du bureau politique du Hamas, a précisé que le contrôle des points de passage, sauf celui de Rafah entre l’Egypte et la bande de Gaza, devrait incomber aux Nations unies et au gouvernement palestinien. “Les Nations unies trouveront un accord avec Israël et le gouvernement d’unité sur le contrôle de ces points de passage”, a-t-il dit.

Les islamistes du Hamas ont expulsé de force les nationalistes du Fatah de la bande de Gaza en juin 2007, laissant l’Autorité palestinienne dominée par le Fatah de Mahmoud Abbas contrôler seulement la Cisjordanie. Le cessez-le-feu conclu en août entre les Palestiniens et Israël,  après l’opération “Bordure protectrice” mené par Tsahal en août dernier, prévoyait que l’Autorité palestinienne reprenne en charge l’administration de la bande de Gaza. Mais le litige sur le non paiement par l’Autorité palestinienne des salaires de fonctionnaires à Gaza avait porté à son comble les tensions entre Fatah et Hamas, faisant craindre un échec des négociations.

L’accord trouvé ce jeudi est crucial à l’approche d’une conférence des donateurs le 12 octobre au Caire, de nombreuses capitales conditionnent leur aide pour la reconstruction de Gaza à l’exercice de l’autorité du Gouvernement d’union (composé de gestionnaires et de techniciens reconnus par le Hamas et le Fatah) dans l’enclave. Rappelons que le Hamas étant considéré comme un groupe «terroriste» par les Etats-Unis et l’Union européenne.

Les négociations sous médiation égyptienne entre Israéliens et Palestiniens, afin de consolider la trêve à Gaza, devraient donc reprendre fin octobre.

Cliquer pour lire le compte-rendu de l’agence Palestinienne Ma’an News (anglais)

Cliquer pour lire l’article du correspondant du New York Times au Caire (anglais)

Laisser un commentaire