Les éléments d’un accord politique selon la logique «deux peuples, deux États» sont connus au moins depuis le début des années 2000, avec les «paramètres Clinton» et les «négociations de Taba». Ces éléments ont été ensuite formalisés, au terme de deux ans de négociations, par un groupe de travail connu sous le nom d’Initiative de Genève, composé d’Israéliens et de Palestiniens ayant exercé de hautes responsabilités dans leurs sociétés respectives. Les membres du groupe de travail, sans prétendre se substituer aux autorités israéliennes ou palestiniennes, voulaient prouver que des patriotes israéliens et palestiniens peuvent parvenir à un compromis raisonnable assurant l’avenir des deux peuples. De fait, dans les diverses négociations menées depuis lors par Israël (sous des gouvernements successifs) et l’Autorité palestinienne, les négociateurs ont eu recours à des méthodes très semblables à celles détaillées dans le cadre de l’Initiative de Genève. Si les dirigeants israéliens et palestiniens ne sont pas parvenus à un accord, ce n’est pas par manque de formulations juridiques ou de cartes détaillées, mais en raison d’une absence de volonté politique.

Posted in: C. La paix est urgente, et elle est possible