Le sionisme, en tant que mouvement national juif, n’est pas moins légitime que le mouvement national palestinien. Dans la mesure où l’on veut se distancier de tel ou tel courant politique israélien qui se revendique du sionisme, c’est de ce courant-là qu’il faut parler. Toute généralisation sur «le sionisme» est dénuée de sens, s’agissant d’un mouvement dont l’activité s’est étendue sur plus d’un siècle et qui a compté en son sein des dizaines de courants politiques antagonistes. Yitzhak Rabin était sioniste au même titre – voire davantage, selon nous – que les extrémistes qui s’en prenaient à lui. Les militants du mouvement israélien La Paix Maintenant, qui dénoncent les effets pernicieux des implantations de Cisjordanie, le font au nom du sionisme.

Posted in: E. Le conflit israélo-palestinien vu d’Europe