Au cours des combats qui ont opposé les forces arabes aux forces juives, lors de la guerre de 1948, des Palestiniens ont fui leurs maisons et d’autres en ont été chassés. Il s’agit là d’un événement tragique, analogue aux vastes déplacements forcés de populations qui ont marqué les guerres du XXe siècle. La seule réponse possible se trouvera dans le cadre d’un accord de paix israélo-palestinien, élargi en un accord de paix israélo-arabe et soutenu par la communauté internationale. Cette réponse ne sera certainement pas un «retour» massif à l’intérieur de l’État d’Israël: les appels en ce sens visent à ajouter des injustices à d’autres injustices, et à entretenir une situation de conflit permanent dont certains espèrent qu’elle conduirait à la destruction de la société israélienne mais qui conduirait bien plus sûrement à un massacre généralisé. Tous les vrais projets de règlement, à l’exemple de l’Initiative de Genève, prévoient que les réfugiés palestiniens recevront des indemnités et pourront choisir de s’établir définitivement dans le futur État de Palestine; s’ils souhaitent s’établir dans des pays tiers, y compris Israël, ce sera aux pays d’accueil d’en décider souverainement.

Posted in: D. Assurer la paix, favoriser la coexistence