Il peut arriver, effectivement, qu’une critique adressée à l’État d’Israël soit injustement qualifiée d’antisémite – parce que des défenseurs inconditionnels du gouvernement israélien veulent désamorcer la critique par tous les moyens, mais aussi bien souvent parce que des Juifs se sentent à ce point menacés par une telle critique qu’ils la vivent réellement comme antisémite. Quoi qu’il en soit, une pareille accusation est inadmissible lorsqu’elle n’est pas fondée sur des éléments concrets. On ne peut ignorer, pour autant, le fait que des antisémites utilisent souvent des discours anti-israéliens comme prétextes pour diffuser la haine des Juifs. Une plus grande vigilance à cet égard, de la part des critiques d’Israël qui sont des antiracistes sincères, contribuerait à assainir le débat public.

Posted in: E. Le conflit israélo-palestinien vu d’Europe